La ville de Diofior

L'association se situe à Diofior.

La ville de Diofior est située à 145 km de Dakar. Elle fait partie de la région de Fatick mais elle est plus proche de Fimela qui est sa sous préfecture. C'est une ville composée d'environ 15 000 habitants très dynamiques avec à leur tête le maire, Monsieur Mamadou NDONG qui a été réélu début avril 2009.

Diofior possède un Centre de Santé, ce qui améliore les conditions de vie de la population. Il comporte une maternité, des salles de soins, d'hospitalisation et une pharmacie.

Il a été organisé au cours du deuxième semestre 2009 un grand festival sérère afin de promouvoir cette culture et Fatou, une dame de Diofior organise régulièrement des évènements pour promouvoir sa ville. Le sport national étant quand même la lutte, devant le football, de nombreux tournois sont organisés. Ca vaut le coup car c'est impressionnant et très intéressant. Il ne faut pas oublier non plus les fêtes concernant les  baptêmes et les mariages qui se déroulent pour les premiers 7 jours après la naissance du bébé et pour les deuxièmes après Tabaski et avant l'hivernage. Donc vous aurez certainement l'occasion d'assister à l'une ou l'autre des fêtes, car il y a beaucoup de mariages et encore plus de bébés !

Lien sur Wikipedia

Les soucis en Afrique

Nous savons qu'en Afrique, le sida fait des ravages, ce malgré la prévention et les soins prodigués. Au Sénégal, ce qui tue le plus, c'est le palu et les suites de couches dans certains endroits malgré les Centres de Santé. De nombreux enfants se retrouvent privés de leur mère dès la naissance ou peu après. La population a besoin d'aide pour tous ces petits, tant au niveau de l'éducation que de la prévention, les soins, l'apprentissage de l'hygiène. Les Centres de Santé existant ont peu de moyens tant pour soigner que pour prévenir. A Diofior, il existe mensuellement des réunions dans les différents quartiers pour effectuer les pesées des bébés jusqu'à trois ans ; ceux considérés comme justes au niveau poids vont être suivis un peu plus, des femmes sont volontaires pour prodiguer des conseils au niveau de l'alimentation, mais partout nous constatons le manque de moyens. Ce n'est qu'avec l'aide de tous que nous pourrons peut-être un jour endiguer tous les maux existants.

La carte de Diofior

la carte de Diofior

Le contexte rural au Sénégal

Beaucoup de chantiers sont entrepris pour reboiser les mangroves. La culture des rizières occupe une bonne partie de l'année, préparer les rizières et ensuite récolter. La culture du mil et des arachides est aussi très dure et prenante. Toute la famille va aux champs, parfois aidée des voisins et en retour on les aidera le moment venu. Le mil récolté, il faut le piler, travail dur, même très dur réservé aux femmes et aux jeunes filles qui armées d'un grand pilon, battent en mesure (à deux ou trois) le mil. Les arachides doivent être séparées des branchages. Les tiges elles-mêmes restent dans les champs pour sécher et ensuite les hommes prennent de grands bâtons pour les battre et séparer les racines des tiges et conserver ce qui sera donné à manger aux chevaux. Les femmes, elles cassent la coque des arachides, les font griller, les mettent en petits sachets et vont les vendre et en conservent quelques unes pour les replanter l'année suivante

Parrainer un enfant c'est 250€ pour un an, soit moins d'un euro /jour
(possibilité de payer mensuellement)
Écrivez-nous pour proposer votre aide !
Ou appelez au: 00 221 77 145 39 44